http://www.repp.org/wp-content/uploads/2017/11/1-6.jpg

Rafraîchissante et synonyme de convivialité, la piscine est véritablement la star de l’été. Elle demande toutefois de l’entretien et une maintenance précise pour vous accompagner dans la durée. Si le bassin suffit pour vous faire passer de bons moments, vous pouvez également aménager son environnement direct afin de tirer le maximum de son potentiel. Découvrez dans cet article nos conseils pour profiter pleinement de votre piscine.

Choisissez vos produits d’entretien de piscine avec soin

Les produits utilisés pour l’entretien de la piscine et le traitement de son eau doivent être de bonne qualité : la sécurité de l’installation et la santé des baigneurs en dépendent. Dans cette optique, il est vivement conseillé de se tourner vers des sites spécialisés en matériel de piscine et accessoires pour se procurer des produits piscine efficaces et fiables. Pour rappel, tous ses produits doivent s’utiliser conformément aux instructions du fabricant.

Les désinfectants sont efficaces contre les virus, les bactéries, les algues, moisissures et autres organismes qui se développent dans l’eau. Leur dosage doit impérativement être respecté et ils ne doivent pas être mélangés à d’autres produits, au risque de causer une réaction chimique. Le chlore est le désinfectant de piscine par excellence. Il se présente généralement sous forme de galet, de liquide ou de stick. Il convient de toujours bien respecter le dosage, car il perd en efficacité s’il est mal dosé.

Les algicides s’utilisent en prévention pour éviter la prolifération des algues. Les polluants de type organiques seront éliminés par un produit oxydant. Il s’agit par exemple du chlore, de l’oxygène actif, du brome ou du PHMB.

produits entretien piscine

Procédez à un traitement régulièrement de l’eau

Pour que vous et votre entourage puissiez profiter de votre piscine en toute sécurité, il faudra assurer la qualité de son eau en permanence.

Testez l’eau régulièrement

Prenez sa température et testez-la régulièrement : au moins une fois par semaine en général, et 2 à 3 fois par semaine en période particulièrement chaude. Testez le niveau de pH, mais également le niveau de sel, de chlore, de stabilisant de chlore, ainsi que la dureté de l’eau.

Assurez un pH de l’eau optimal

L’eau est sensible aux stimuli extérieurs et son pH va fluctuer au fil du temps. L’ensoleillement, la présence de matières organiques dans l’eau, la pluie et d’autres facteurs vont la rendre plus basique ou plus acide. L’eau acide (pH bas) peut endommager la piscine ou l’installation. L’eau basique (pH haut) peut quant à elle empêcher l’activation du chlore, ce qui va ensuite favoriser le développement d’algues. Elle peut aussi abîmer la piscine. Le niveau d’alcalinité optimal – entre 80 et 140 ppm – permet à l’assainisseur et à l’électrolyseur piscine de fonctionner convenablement. Pour stabiliser le pH de l’eau de la piscine, vous pouvez installer un régulateur automatique.

Corrigez le problème d’une eau trop douce ou trop dure

La teneur en minéraux de l’eau va varier avec le phénomène d’évaporation et le test hydrotimétrique vous permettra d’en connaître la concentration. Il faut savoir qu’une eau trop douce peut favoriser la corrosion des installations. À l’inverse, si elle est trop dure, elle entrainera l’entartrage des circuits. La dureté idéale se situe entre 200 et 400 ppm. Pour corriger la minéralité de l’eau, on utilise un rehausseur pour l’augmenter, comme le sulfate de calcium, ou un séquestrant calcaire pour l’abaisser.

Nettoyez la piscine régulièrement

Le brossage manuel des parois de la piscine est obligatoire, et ce même si vous utilisez un aspirateur automatique ou un robot. Ces derniers ne pourront pas éliminer toutes les saletés et n’empêcheront pas le développement d’algues. Le brossage se fait 1 à 2 fois par semaine en été.

Le filtre doit également être nettoyé, mais uniquement en se référant à son témoin de turbidité et au manomètre de la cuve. Un nettoyage trop fréquent génère une importante dépense en eau (des centaines de litres). Pour éviter le gaspillage, optimisez le fonctionnement de votre filtre, en sachant qu’il retiendra moins bien les impuretés s’il est trop propre.

Il n’est pas nécessaire que le filtre fonctionne 24h/24 et 7j/7, mais l’eau doit être filtrée au moins 2 fois par jour pour lutter contre la prolifération des algues. Il faut compter entre 8 et 10 h de filtrage par jour minimum, en fonction de la température de l’eau. En règle générale, on divise la température de l’eau par 2 pour obtenir le nombre d’heures nécessaires pour filtrer l’eau.

Adoptez les bons gestes si les algues ont proliféré

Il faudra éviter l’utilisation d’un robot aspirateur en présence d’algues : il n’est pas conçu pour cette utilisation et risque de s’obstruer, ce qui contribuerait à diffuser les algues dans la piscine.

Si l’eau est trouble, effectuez les tests de pH et vérifiez le taux de désinfectant. Vérifiez également le fonctionnement du système de filtration avant de nettoyer la pompe de piscine. Si cela ne résout pas le problème, il faudra traiter l’eau contre les algues. Le clarifiant de piscine – en pastilles ou liquide – et le floculant de piscine sont utilisés pour éliminer les fines particules. Attention toutefois, certains filtres ne supporteront pas ces produits.

Le chlore rapide, ou chlore-choc, s’utilise également pour éliminer les algues. On le dilue au préalable dans un seau d’eau chaude avant de verser le mélange directement dans le bassin (il ne faut jamais verser le chlore-choc pur directement dans la piscine). La baignade est interdite pendant 48h suivant ce traitement de l’eau.

traitement de l'eau de piscine

Optez pour un équipement qui vous facilitera la vie

L’électrolyseur piscine au sel automatise la désinfection de l’eau de piscine. Il transforme automatiquement l’eau salée en chlore par électrolyse. Les régulateurs de pH et de chlore automatiques permettent d’analyser respectivement le taux de pH de l’eau et son taux de chlore, pour ensuite les ajuster automatiquement.

L’appareil UV-C s’utilise pour l’élimination des micro-organismes. Il est installé dans le circuit de filtration de l’eau et doit être associé à un traitement complémentaire en liquide rémanent. L’ozonateur de piscine est une solution pour la désinfection de l’eau. Elle est souvent considérée comme plus écologique, car l’ozone est extrait de l’air et son installation ne génère pas de résidus. L’ozone est introduit avant le filtre ou au niveau du préfiltre de la pompe piscine, dans le circuit de filtration. Il s’utilise en complément d’un autre produit (brome ou chlore) en raison de sa faible rémanence.

L’ionisateur de piscine traite l’eau contre les bactéries et les algues par l’introduction de petites doses d’argent et de cuivre. Le porte-électrons de cuivre et d’argent est installé au niveau du circuit de filtration. Bien que l’ionisateur ait aussi une action désinfectante, il faut le combiner avec un traitement au chlore.

Pour améliorer le confort de la piscine, on peut installer une pompe à chaleur pour chauffer l’eau et rendre la baignade plus agréable. Le volet roulant en couverture sécurise quant à lui la piscine, tout en contenant la chaleur dans l’eau. Il permet également d’optimiser le fonctionnement de la pompe à chaleur qui n’a plus besoin de travailler autant pour maintenir l’eau à une température agréable.

Ces investissements étant plus ou moins lourds, étudiez-les avec soin pour déterminer s’ils sont intéressants pour vous, en fonction de l’usage que vous faites de la piscine.

Sécurisez votre piscine

La réglementation oblige les propriétaires à sécuriser l’accès à leur piscine pour éviter tout accident ou noyade accidentelle d’enfants de moins de 5 ans. Cette sécurisation s’applique aux piscines privatives enterrées ou semi-enterrées et peut se faire de 4 manières. Assurez-vous que les installations soient bien conformes aux normes en vigueur (NF P90-306 à 309) avant de procéder à un achat. Notez que ces éléments ne se substituent pas à la supervision de la baignade par des adultes et que la vigilance reste bien entendu de mise en présence d’enfants.

Avec une couverture de piscine

La couverture doit se conformer à la norme NF P90-308, indépendamment de son type. Il peut s’agir d’une couverture à barre, d’une bâche souple, d’une couverture souple ou d’un volet roulant. Notez par contre que les couvertures à bulles ne constituent pas un système sécurisé de piscine.

Avec une barrière

Son installation autour de la piscine permet d’en restreindre l’accès et elle doit être conforme à la norme NF P90-306. La barrière de sécurité doit faire 110 cm de hauteur minimum entre 2 points d’appui et être équipée d’un portillon à double verrouillage simultané, un système à l’épreuve des mains d’un enfant de moins de 5 ans. Il faut pouvoir voir à travers la barrière, évitez donc les matériaux opaques.

Avec une alarme

Le moyen le plus économique de sécuriser un bassin reste l’alarme de piscine, et elle doit répondre à la norme NF P90-307. Il en existe deux types : immergée à détection de mouvement et périmétrique. La deuxième permet de notifier les personnes d’une intrusion dans le périmètre de la piscine, tandis que la première n’informera qu’une fois qu’il y aura du mouvement inhabituel dans l’eau.

Avec un abri

Seul l’abri normé NF P90-308 est considéré comme un système de sécurisation. Sa présence prévient l’intrusion d’enfants en bas âge à l’intérieur du bassin quand l’abri est fermé. Son verrouillage et sa fermeture sont conçus pour ne pas pouvoir être actionnés ou désamorcés par des enfants.

Aménagez l’espace autour de la piscine

Si une piscine est déjà une invitation à la détente en soi, vous pourrez rendre votre extérieur encore plus agréable avec quelques installations.

Installez une plage de piscine

La plage de piscine permet de sécuriser le bassin, tout en améliorant l’aspect de votre espace de vie extérieur. Parmi les matériaux les plus en vogue, vous pouvez opter pour la moquette de pierre ou de marbre et son système antiglisse. La pierre reconstituée a un effet très naturel et une très longue durée de vie. Le grès cérame apportera une touche moderne et très élégante à la bordure et aux margelles de votre bassin. Les plaques fines s’installent rapidement, mais vous devrez leur appliquer avec un traitement antidérapant, car elles sont relativement glissantes.

Le béton reste très tendance et il a l’avantage de ne pas présenter de joints. Il apporte un côté moderne et très épuré à votre bord de piscine. Vous pourrez aussi opter pour les lames de bois, le bois composite, l’ardoise ou encore la cosse de riz pour aménager votre plage de bassin.

Protégez votre intimité du vis-à-vis

En été, tout le monde a envie de profiter du beau temps en extérieur. Pour préserver votre intimité et vous baigner sans vous soucier des voisins, pensez à installer un système occultant autour de votre bassin. La séparation peut être conçue en plusieurs matériaux : PVC, bois, aluminium, acier ou encore résine.

La haie naturelle est une autre solution. Si elle est très esthétique, elle met aussi du temps à pousser. Il ne faut pas non plus négliger son entretien et le fait qu’elle s’apprête à produire des déchets qui pourraient polluer votre piscine. Pour profiter du bel aspect d’une haie, sans son entretien et ses polluants, vous pouvez opter pour la haie de verdure artificielle. Elle se fixe directement sur la clôture, se nettoie à l’eau et existe dans de très nombreux designs.

Créez une zone d’ombre permanente

L’installation d’une terrasse abritée ou d’une pergola vous permettra de flâner autour de la piscine sans craindre l’insolation. Elles vous protègent du soleil en créant une zone d’ombre : vous n’êtes plus obligés de rentrer à l’intérieur ou de sortir un parasol si l’ensoleillement devient trop agressif.

En plus de valoriser votre bien immobilier, cela vous rajoute également un espace de vie supplémentaire en extérieur. Vous pourrez en profiter pour déjeuner, passer du temps au bord de l’eau et surveiller les enfants qui nagent sans être gêné par une trop forte exposition au soleil.

Piscine sécurité volet roulant

Prenez soin de votre piscine en hiver

Pour que votre piscine reste dans un état optimal le plus longtemps possible, il faut veiller à l’entretenir, même quand vous ne l’utilisez pas. Le type d’hivernage – actif ou passif – se choisit en fonction de ce qui vous convient le mieux.

En hivernage actif, le système d’entretien de votre piscine fonctionne au ralenti. Quand la température approche les 0° (formation du gel), vous devrez être particulièrement vigilant. En hivernage passif, le système est totalement mis à l’arrêt et les canalisations sont purgées. Une bâche adaptée à l’hivernage est posée sur la surface du bassin. Cette dernière méthode est privilégiée pour les personnes n’ayant pas la possibilité de surveiller la piscine de façon régulière.

Indépendamment de votre choix d’hivernage, ce dernier doit se faire au bon moment. Si vous l’effectuez alors que les températures sont encore douces, les algues et bactéries présentes dans l’eau vont proliférer et faire tourner l’eau. Si l’hivernage est effectué trop tard, les gelées peuvent sérieusement endommager votre piscine et ses installations. L’hivernage et la sortie d’hivernage se font quand les températures extérieures sont autour de 12 à 15°C.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 2 = 6

error: Content is protected !!