http://www.repp.org/wp-content/uploads/2017/11/1-6.jpg

Avant de vous abonner au gaz domestique, il peut être intéressant de savoir comment ce dernier est acheminé dans votre habitation, afin d’assurer votre sécurité et celle de votre logement. Deux méthodes existent pour assurer la transmission d’un gaz domestique : soit à l’aide de navires méthaniers soit avec des gazoducs. Nous allons détailler dans cet article les techniques de production, d’extraction et de distribution de gaz pour vous aider à choisir la meilleure offre.

Rappel sur les différents types de gaz

Les différents gaz utilisés pour les usages domestiques sont dits « combustibles », il s’agit des gaz propane, gaz butane, biogaz, gaz naturel, biométhane… C’est en effet la combustion de ces gaz qui libère de l’énergie thermique utilisée pour faire fonctionner les appareils électroménagers et même les véhicules.

Le gaz naturel

Il s’agit du type de gaz le plus utilisé au niveau domestique. Distribué aux consommateurs directement par un système de canalisations centralisé, il est extrait du sous-sol et ne subit pas beaucoup de transformations.

Les biogaz

Ces derniers sont issus d’un procédé de méthanisation, que nous détaillerons ci-dessous. Le biométhane, plus particulièrement, est un biogaz épuré dont la composition se rapproche de celle du gaz naturel.

Le gaz propane et le gaz butane

Il s’agit de dérivés du pétrole, que l’on retrouve dans le commerce sous forme de bouteilles de gaz ou remplissage de citerne. Ces GPL ou Gaz de Pétrole Liquéfié sont très utilisés en tant qu’énergie de cuisson, ainsi que pour le bricolage, le jardinage et le chauffage. Leur prix est plus élevé que celui du gaz naturel.

Comment produit-on du biogaz ?

La fabrication de biogaz doit suivre un processus de méthanisation. Le procédé consiste à conserver et fermenter les déchets dans un endroit qui ne contient pas d’oxygène pour obtenir du biogaz. Généralement, le biogaz est composé de dioxyde de carbone, de méthane et bien d’autres éléments. La composition de ce dernier varie en fonction du type de déchets utilisé.

Les déchets qui produisent le biogaz doivent être fermentescibles, c’est-à-dire qui se décomposent facilement, pour pouvoir fabriquer un gaz de qualité.

3 étapes sont nécessaires, nécessitant 3 différentes plages de températures. La première étape nécessite une température entre 15 et 25 °C pour que les déchets puissent se détacher des molécules organiques simples et complexes. La seconde étape consiste à transformer ces molécules en acides organiques sous une température comprise entre 25° et 45°C. Et la dernière vise à laisser se former le gaz carbonique et le méthane, ce qui demande une température entre 45° et 65°C.

Une fois ces étapes franchies, on obtient un gaz combustible qui n’est autre que le biogaz et du résidu solide. Avec CEDIGAZ, une association internationale à but non lucratif, obtenez toutes les informations relatives au biogaz. Possédant une expérience de plus de 50 ans, l’association justifie d’une réputation éprouvée de fiabilité et d’exactitude parmi les analystes gaziers et est considérée comme une source clé de données fondamentales impartiales sur l’industrie.

Usine de production de gaz

Les différents types de déchets utilisés

La qualité d’un gaz dépend en grande partie des conditions de fabrication ainsi que de son processus de méthanisation.

Les déchets souvent utilisés pour produire du gaz sont les produits carbonisés et le bois. Il est aussi courant d’utiliser des bûchettes, des plaquettes, des granulés, ou encore des résidus de tonte et de taille de végétaux.

Il est en outre possible de produire du gaz avec des déchets et sous-produits des industries agroalimentaires.

Les déchets organiques sont également très utilisés pour fabriquer du biogaz. Il peut s’agir de boues d’épuration, de déchets de la filière agricole, ou encore des ordures ménagères.

Comment le gaz est-il transporté ?

Une fois le gaz produit, il doit être transporté de son lieu d’extraction jusqu’à votre domicile ou vers sa zone de consommation.

Deux moyens sont utilisés pour alimenter les réseaux de distribution.

Il y a tout d’abord l’acheminement avec des gazoducs. Il s’agit de canalisations qui ont la capacité de transporter rapidement du gaz sur de longues distances sous la mer ou sous la terre.

L’acheminement du gaz peut également se faire à l’aide des navires méthaniers. Cette méthode est généralement utilisée pour un transport dans un lieu difficilement accessible et pour lequel l’utilisation des gazoducs devient très coûteuse et presque impossible. Il est alors nécessaire de liquéfier le gaz pour que ce dernier puisse être transporté par des navires. L’isolation thermique des méthaniers est indispensable afin de maintenir la température constante du gaz. À l’arrivée à destination, les bateaux font le déchargement sur un terminal méthanier, depuis lequel les gaz sont acheminés vers leurs réseaux de distribution.

Il faut savoir que les gazoducs sont généralement enterrés. Ceci permet de transporter le gaz en toute sécurité, avec une pression moyenne de 40 km/h. Des stations de compression sont présentes sur le réseau des gazoducs, afin d’éviter les pertes d’énergie. Le débit est également sous contrôle lors de l’acheminement, afin de pouvoir intervenir rapidement en cas de fuite ou d’autres anomalies.

Le fonctionnement du compteur de gaz

Les fournisseurs d’énergies peuvent contrôler votre réseau de gaz à l’aide d’un compteur. Il s’agit d’un élément essentiel pour vérifier le volume de gaz consommé. Et c’est à partir de ces données que les fournisseurs peuvent facturer la consommation réelle.

L’index de consommation est exprimé en mètres cubes. La consommation en mètres cubes est ensuite convertie en kilowattheure (kWh). Pour ce faire, le fournisseur applique un coefficient de conversion, mentionné sur la facture. Ce dernier varie en fonction du type de gaz choisi et de la situation géographique du consommateur.

Le compteur renseigne également les fournisseurs par rapport à votre numéro de matricule.

Les différents types de compteurs

Les compteurs de gaz sont disponibles en plusieurs modèles, notamment les compteurs traditionnels et les compteurs intelligents Gazpar.

Les compteurs traditionnels sont aussi appelés compteurs secs. Ce sont les compteurs les plus couramment utilisés dans les foyers. Ils fonctionnent à l’aide d’une chambre volumétrique, permettant aux fournisseurs de calculer la quantité de gaz consommée. On reconnaît ce type de compteur par l’existence d’un écran et leur couleur souvent blanche.

Les compteurs intelligents commencent à être installés peu à peu en France. Il s’agit d’un compteur nouvelle génération, également équipé d’un écran. Le grand avantage de ce compteur est qu’il a la capacité de transmettre les données de consommation en temps réel au fournisseur. Il est également doté d’un auto-paramétrage à distance, que l’on reconnaît généralement par sa couleur vive.

Comment choisir son fournisseur au meilleur prix ?

La liste des fournisseurs de gaz en France est longue. Pour bien choisir, il est essentiel de faire une simulation gaz en fonction de vos besoins. Ensuite, il est recommandé de faire une comparaison des offres de tous les fournisseurs pour obtenir les meilleurs tarifs. Il est aussi conseillé de consulter les avis des consommateurs pour connaître la qualité des services proposés avant de souscrire.

Actuellement, il existe plusieurs types de tarifs, en plus du tarif réglementé en vigueur (TRV), notamment le prix fixe, c’est-à-dire que le prix ne change pas pendant tout le contrat dont la durée déterminée à l’avance.

Il est aussi possible de choisir un prix ajustable à la baisse. Dans ce cas, si le tarif TRV est en baisse, le montant de la facture est également réduit. Mais s’il augmente, il n’y aura pas de changement sur le montant de votre facture.

Vous avez enfin l’option du tarif indexé. Avec ce type de tarification, le prix du gaz est calculé avec un pourcentage en se basant toujours sur le TRV. De ce fait, le montant est variable et évolue en fonction de ce tarif. Toutefois, il faut préciser qu’il sera toujours en dessous du tarif réglementé en vigueur.

Il est à noter que seuls EDF et Engie ont la possibilité de proposer le TRV.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 67 = 74

error: Content is protected !!