http://www.repp.org/wp-content/uploads/2017/11/1-6.jpg

L’occupation d’une habitation n’est pas sans risque. Une maison ou un appartement est susceptible d’être cambriolé ou de subir un incendie, des dégâts d’eau, etc. Pour faire face à ces sinistres au cas où ils surviendraient, il est important de souscrire une assurance habitation. Les compagnies proposent diverses formules d’assurance qui s’adaptent aux besoins des clients. Mais avant de souscrire une quelconque formule, il est important que vous disposiez de certaines informations clés. Nous vous proposons de découvrir ici l’assurance habitation en 8 questions.

L’assurance habitation est-elle obligatoire ?

Selon les articles L215-1 à L215-4 du Code des assurances, l’assurance habitation est obligatoire pour le locataire d’un logement. En général, les contrats de ce type d’assurance comportent une garantie destinée à couvrir les risques locatifs. Ainsi, lorsque des dommages sont causés par le locataire, l’assureur se charge de leur réparation au profit du propriétaire. Le propriétaire a le droit de demander une attestation d’assurance au locataire au moment où il lui remet les clés du logement.

En dehors du locataire, l’assurance habitation est obligatoire pour le copropriétaire occupant ainsi que pour le copropriétaire non-occupant. Dans les deux cas, l’assurance permet à l’assuré de faire face aux dégâts qu’il pourrait causer au voisinage. Par contre, comme l’indiquent les articles 1382 à 1386 du Code civil, l’assurance habitation n’est pas obligatoire pour le propriétaire occupant ou non-occupant dont le bien n’est pas en copropriété, mais elle est recommandée. Pour choisir une assurance, vous pourrez notamment contacter TopCasa ou un autre service de comparateur, en vue d’effectuer une simulation et d’évaluer les avantages et inconvénients de plusieurs offres.

assurance habitation ; assurer sa maison ; assurance maison

Assurance habitation : que retenir des garanties ?

Le contrat d’assurance habitation comporte généralement plusieurs types de garanties. Entre autres, on peut évoquer :

  • la garantie Responsabilité civile vie privée,
  • les garanties de base,
  • les garanties optionnelles.

La garantie Responsabilité civile vie privée permet au locataire ou au copropriétaire de s’assurer pour les dommages qu’il pourrait causer à autrui. En plus du titulaire, ce contrat couvre également les membres du foyer, les préposés (les personnes travaillant dans la maison), les animaux domestiques et même les objets (équipements de bricolage, téléviseur, etc.).

Quant aux garanties de base dans un contrat multirisque, elles couvrent les dommages subis par les biens immobiliers ou le mobilier de l’habitation. Elles permettent à l’assuré de percevoir des indemnités en cas de vol, d’incendie, de dégâts d’eaux, de bris de glace, de catastrophes naturelles, etc. Contrairement aux garanties de base, vous choisissez librement les garanties optionnelles que vous voulez ajouter au contrat. Ces garanties peuvent concerner le jardin, la piscine, les animaux de compagnie, etc.

Qu’est-ce que l’attestation de l’assurance habitation ?

L’attestation de l’assurance habitation est le document qui prouve qu’un contrat a été signé entre un assureur et un assuré. Elle précise la durée de l’assurance et est remplacée à chaque date d’anniversaire du contrat. L’attestation de l’assurance habitation est d’autant plus importante que vous aurez du mal à trouver un logement en location sans ce document. Une fois le logement loué, chaque fois que le contrat d’assurance est renouvelé, vous devez présenter la nouvelle assurance au propriétaire.

Assurance habitation : qu’est-ce qu’une franchise ?

Le contrat d’assurance habitation inclut généralement des franchises. Une franchise est tout simplement la somme d’argent que l’assuré est prêt à supporter en cas de sinistre. Prenons un exemple concret. Le contrat de votre assurance contient une franchise de 400 euros. Suite à un sinistre, le montant de la réparation des dommages est de 3 500 euros. Vous aurez alors à vous acquitter du montant de la franchise (400 euros). Ainsi, l’assureur vous paiera 3 100 euros en guise d’indemnités. Le coût de la franchise est à payer à chaque réclamation d’indemnisation.

Comment choisir son contrat d’assurance habitation ?

Pour choisir le bon contrat d’assurance habitation, vous devez évaluer dans un premier temps le mobilier que vous voulez protéger. Le capital mobilier permet de déterminer la cotisation à appliquer et la formule nécessaire pour couvrir les éventuels risques. Ensuite, il vous faudra vérifier les garanties offertes par la compagnie d’assurance. Attardez-vous également sur les exclusions de garanties et sur les garanties disponibles en option. De même, veillez à connaître les franchises qui sont appliquées dans le contrat d’assurance. Faites aussi attention aux clauses ainsi qu’au plafond d’indemnisation. Enfin, n’oubliez pas de bien lire les conditions générales et particulières du contrat.

L’assurance habitation couvre-t-elle aussi le jardin ?

La couverture des sinistres survenant au niveau d’un jardin n’est pas automatique dans un contrat d’assurance habitation. Dans un contrat d’assurance standard, les garanties de base ne concernent pas le jardin. Toutefois, il est possible de prendre la garantie jardin en option. Ainsi, vous pourrez prétendre à des indemnités lorsque le jardin sera endommagé. Les risques couverts dans ce cas sont liés aux incendies, aux actes de vandalisme, au climat, etc. La garantie jardin couvre la végétation ainsi que les éléments qui constituent le jardin à savoir la clôture, l’éclairage, l’abri de jardin, etc.

assurance logement ; assurance résidence ; assurer sa résidence ; assurance locataire

Faut-il déclarer un poêle à bois ou une cheminée ?

Le poêle à bois et la cheminée sont des foyers et peuvent donc causer des incendies. Si vous effectuez l’installation d’un chauffage à bois ou d’une cheminée après la contraction de l’assurance, vous devez en informer votre assureur. La déclaration implique certes l’augmentation de la prime d’assurance. Mais l’avantage est que vous serez remboursé en fonction de votre prime en cas de sinistre. Cette déclaration n’est pertinente que si vous avez un contrat d’assurance habitation en cours. Si vous souscrivez nouvellement une assurance pour une maison disposant déjà d’un poêle ou d’une cheminée, l’assureur établit la prime selon l’état du bien immobilier et tiendra donc systématiquement compte de la présence du poêle et/ou de la cheminée.

Assurance habitation : comment se faire indemniser ?

Lorsqu’un sinistre survient dans une habitation assurée, l’assuré a le droit de demander une indemnisation à l’assureur. Pour ce faire, vous devez effectuer la déclaration du sinistre par écrit, avec accusé de réception. La déclaration doit se faire dans un délai de 5 jours, à compter du jour où vous avez remarqué le sinistre. En plus de la déclaration, vous devez adresser à votre compagnie d’assurance un état estimatif des dommages subis, accompagné de justificatifs.

Lorsque le sinistre subi est un vol, vous devrez d’abord porter plainte auprès de la police ou de la gendarmerie. Ensuite, vous devrez joindre à la déclaration de vol (ou de tentative de vol) le récépissé du dépôt de plainte. Si les pertes sont importantes, une expertise sera nécessaire et permettra de définir le montant de l’indemnité. Vous pouvez lire aussi : comment poser de la moquette de pierre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

33 − = 29

error: Content is protected !!