http://www.repp.org/wp-content/uploads/2017/11/1-6.jpg

Qu’il s’agisse de dégâts des eaux, d’un incendie ou de vols, personne n’est à l’abri d’un sinistre dans son logement. Malheureusement, la gestion d’un sinistre dans une habitation est souvent une question délicate, notamment lorsque vous êtes le locataire. Que faire en cas de sinistre ? Vers qui se tourner ?

Contactez votre assureur en cas de sinistre

En tant que locataire, la loi vous oblige à souscrire une assurance responsabilité locative afin de couvrir les dégâts que vous pourriez infliger au logement. Par exemple, si vous avez causé un dégât des eaux par inadvertance, la garantie s’applique et votre assureur s’occupera d’indemniser le propriétaire de l’appartement.

C’est la raison pour laquelle le premier réflexe à avoir lors d’un sinistre est d’appeler votre assurance afin de faire jouer vos garanties. Toutefois, cette assurance responsabilité locative ne vous protège pas des dommages causés à vos biens ni aux voisins. Ainsi, tous les frais inhérents au règlement du sinistre seront à votre charge.

Dans certains cas, ils peuvent se révéler très lourds à supporter. Par exemple, un incendie ou un dégât des eaux important peut rendre complètement inhabitable votre maison. Vous devrez alors chercher un endroit pour vous reloger tout en vous occupant des réparations. Pour éviter ces situations, il est préférable de souscrire une assurance habitation locataire multirisque.

Cette assurance contient des garanties qui protègent vos biens, mais aussi les dommages pouvant être subis par les tiers. Contrairement à la responsabilité civile locative, l’assurance habitation locataire multirisque vous permet de bénéficier d’une couverture pour la majorité des sinistres pouvant survenir comme :

  • les incendies,
  • les dégâts des eaux,
  • les explosions,
  • les catastrophes naturelles.

Pour aller plus loin, vous pouvez ajouter des garanties supplémentaires couvrant les dommages liés à un vol, à un bris de glace et aux appareils électriques. En raison de sa large couverture, le coût d’une assurance habitation locataire multirisque peut être élevé. Pour trouver l’offre adaptée à vos besoins et votre budget, il peut être judicieux de comparer les prix des différentes compagnies d’assurances.

Par ailleurs, sachez que, quelle que soit votre assurance, des délais sont imposés pour faire votre déclaration de sinistre à votre assurance. Si vous dépassez ces délais, votre assureur peut décider de ne pas vous indemniser. La plupart du temps, vous avez jusqu’à 5 jours ouvrés pour informer votre assureur du sinistre.

Toutefois, dans le cas d’un vol, le délai est de 48 h après le jour de survenance du délit. Pour faire votre déclaration de sinistre, vous pouvez contacter votre assureur par téléphone, en ligne sur le site officiel ou par courrier, en recommandé avec un avis de réception.

Le courrier devra contenir votre numéro de contrat, vos coordonnées, la description du sinistre, la liste des dommages subis et des biens endommagés. Vous devrez aussi ajouter les coordonnées des autres victimes et les dégâts subis par ces dernières. Cette dernière option est souvent utile en cas de litige, car l’accusé de réception peut servir de preuve devant un tribunal.

Locataires, contactez votre propriétaire en cas de sinistre dans votre logement

Pour faciliter le règlement d’un sinistre dans votre habitation, vous devez prévenir votre propriétaire. Dans le cas où les dommages concernent l’extérieur de votre appartement, il devra s’occuper de l’indemnisation, sauf si vous êtes le responsable. C’est également le cas si le sinistre est dû à un problème d’usure.

Par exemple, si vous subissez un dégât des eaux en raison de la vétusté de la plomberie, votre propriétaire devra payer les frais de réparation. C’est la raison pour laquelle, il est conseillé aux bailleurs de choisir avec soin une assurance habitation. Le propriétaire doit aussi être informé du sinistre si l’origine du problème vient d’un voisin.

Lorsque vous êtes dans une copropriété, vous devez prévenir le syndic ou le responsable. L’assurance de la copropriété pourrait intervenir dans le cas où la cause du sinistre provient des parties communes. Vous devrez faire attention aux parties nommées communes. Les conduits de cheminée ou d’évacuation sont considérés comme des parties communes, même si elles traversent les parties privatives.

sinistre logement

Établissez la responsabilité du sinistre

Généralement, le règlement d’un sinistre peut prendre du temps lorsque la source des dommages est indéterminée. C’est pourquoi il est primordial de chercher le responsable des dégâts. De cette manière, vous n’aurez pas forcément à payer des frais qui ne vous incombaient pas. À titre d’illustration, si un incendie se déclare à cause d’une défaillance des coupe-circuits électriques dans votre logement, ce sera au propriétaire de régler le sinistre.

Si dans la précipitation, vous prenez à charge les réparations pour vite récupérer votre logement, il pourrait refuser de vous rembourser. Vous devez donc toujours chercher à connaître la raison d’un sinistre avant d’envisager les réparations. Pour identifier la cause, la présence d’un expert peut être nécessaire, que ce soit un plombier ou un pompier.

Vous devrez toujours conserver les justificatifs pour vous faire indemniser. Dans certains cas, votre assureur peut préférer envoyer son propre expert. Vous devrez attendre l’avis de l’assureur avant de faire quoi que ce soit.

Faites un constat à l’amiable

Le constat à l’amiable est un document à remplir avec les personnes touchées par le sinistre. La plupart du temps, le constat est recommandé lors d’un dégât des eaux, car il s’agit du sinistre habitation le plus courant. Ainsi, si le dégât des eaux trouve son origine dans votre logement et a débordé sur celui de votre voisin, vous devez faire un constat à l’amiable avec ce dernier.

Il en va de même si vous êtes la victime et que le voisin est le responsable du sinistre. Le document devra contenir vos informations ainsi que les dommages subis par votre logement et vos biens. Le voisin devra également inscrire ses coordonnées et les dégâts subis par son habitation. Cela permettra de déterminer la prise en charge de chaque partie.

Une fois le constat à l’amiable rempli, vous n’aurez plus qu’à l’envoyer à votre assureur. Il peut servir de déclaration de sinistre. Par conséquent, dans le cadre d’un dégât des eaux, après avoir limité les fuites, vous avez juste à remplir un constat à l’amiable et l’envoyer. Votre assureur se chargera de régler le préjudice dans les meilleurs délais.

Ainsi, en adoptant ces réflexes, vous pourrez faciliter le règlement d’un sinistre habitation, que vous en soyez le responsable ou non.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

68 − 61 =

error: Content is protected !!